Etude de qualité de vie des patients en HAD

Méthodes :

481 patients en hospitalisation à domicile (HAD) ont été interrogés sur leur qualité de vie au moyen du questionnaire validé EQ-5D-3L (1). Le patient autoévalue son état de santé au moyen d’une échelle visuelle analogique (EVA) et sa qualité de vie par 5 questions sur les dimensions mobilité, autonomie, activités courantes, douleur, anxiété/dépression. Une analyse spécifique des patients en soins palliatifs a été réalisée.

 

Résultats :

54 patients en soins palliatifs ont participé. 32 femmes / 22 hommes - âge moyen 68 ans (19 - 93 ans). 76 % souffrent de cancer et 24 % d’une autre pathologie. 22 % sont sous chimiothérapie anticancéreuse.

La moyenne de l’EVA de l’état de santé perçu est de 51,05 (min 0 – max 90).

81 % des patients ont leur mobilité affectée, 69 % leurs activités courantes, 69 %  leur autonomie. 87  % ont des douleurs. 63 % une anxiété ou une dépression.

Age et sexe influent peu. L’EVA est moins dégradée pour le cancer (53,65 vs. 43,07 pour les autres pathologies) et la même tendance apparait pour les 5 dimensions. La chimiothérapie ne dégrade pas l’EVA (55,94 vs. 51,59 sans chimio).

Le suivi par une équipe spécialisée en soins palliatifs est associé à une moindre anxiété-dépression (50 % vs. 73 %), et de même lorsque le médecin traitant se déplace à domicile (59 % vs. 73 %).

 

Discussion :

L’EVA moyenne de l’état de santé perçu de la population soins palliatifs est à peine dégradée par rapport à la population totale (58,85). La grande dispersion des résultats montre néanmoins la variabilité des ressentis des patients, certains s’estimant en bonne santé alors que leur état de santé est objectivement très dégradé.

Les 5 dimensions sont toutes plus dégradées que la population totale, la plus forte différence portant sur l’autonomie (69 % vs. 34 %). Le suivi de proximité (médecin traitant, équipes SP) semble associé à une réduction des difficultés psychiques.
Le cancer semble globalement associé à une meilleure qualité de vie que d’autres pathologies. Peut-être est-ce lié à la qualité de l’organisation des soins ville-hôpital dans cette pathologie (HDJ, réseaux..) et au maillage serré des services anti-cancéreux en Ile-de-France.

 

Conclusions :

Notre étude démontre que l’on peut-être en situation palliative et ressentir une qualité de vie satisfaisante, malgré les dégradations objectives observées par les soignants. Elle montre aussi l’importance du suivi de proximité et celle de la qualité du lien entre les intervenants de la ville et de l’hôpital.

Thèmes
Disciplines
Mots-clés
  • Accompagnement à domicile
  • Accompagnement et prise en charge des familles
Publications issues de ce projet

Qualité de vie en soins palliatifs : un paradoxe ? Poterre M, Fouassier P, Franzin-Garrec M, Gandrille N.
27ème Congrès national de la Société Française d’Accompagnement et de Soins Palliatifs – Valenciennes – Septembre 2021 - Poster

Patient-experience of HAH : Satisfaction differs from quality-of-life ! Poterre M, Poret C, Gandrille N.
2nd World Hospital At Home Congress – Paris – Avril 2021 – Communication orale

Quality-of-life measurement as a tool to improve hospital practices. Poterre M, Calmon M, Gandrille N.
44th World Hospital Congress – Barcelone – Novembre 2021 – Communication orale

Acronyme
Feel'HAD
N° de projet (ANR, clinical trials…)
Numéro ID RCB : 2018-A03375-50
Date de début
2019
Statut
en cours de valorisation
Établissement porteur du projet
  • Fondation Santé Service
Responsable(s) du projet
POTERRE Marc
Équipe projet