Rôle des pharmaciens d'officine dans les soins palliatifs à domicile, impact sur leur bien-être et facteurs d'ajustement psychologique

Le domicile est l’environnement privilégié par les personnes en fin de vie : soixante-dix pour cent des individus résident encore chez eux 30 jours avant leur décès, même si l’hôpital les accueille la plupart du temps dans les tous derniers jours de vie (Observatoire National sur la Fin de Vie, 2013). Tant que les patients restent à leur domicile, les pharmaciens d’officine sont une ressource précieuse pour les familles. Ces professionnels sont disponibles pour leurs patients, ils connaissent les médicaments et leurs effets et ils peuvent se déplacer au domicile pour installer le matériel nécessaire aux soins de confort. En particulier dans les zones de déserts médicaux, les pharmaciens deviennent parfois les professionnels de santé de première ligne vers lequel les proches se tournent pour obtenir du soutien (Aubry & Van Lander, 2019).

Le rôle exact des pharmaciens d’officines dans les soins palliatifs à domicile reste néanmoins méconnu de la littérature scientifique. Une méta-analyse de la littérature internationale (Gaillardet, 2019) révèle que seules 7 études de qualité ont été publiées sur ce sujet, et aucune d’entre elles ne concerne la France. Par ailleurs, de nombreux travaux se sont déjà penchés sur l’impact psychologique de la confrontation régulière à la souffrance et à la mort chez les professionnels de santé (principalement infirmiers et médecins) (Melvin, 2015; Slocum-Gori, Hemsworth, Chan, Carson, & Kazanjian, 2013; O'Mahony, Gerhart, Grosse, Abrams, & Levy, 2016). Ces études ont notamment établi la présence chez les professionnels de symptômes de stress post-traumatique, de burn-out, de détresse empathique, de fatigue compassionnelle, d’angoisse ou de dépression, mais aussi de signes plus positifs comme la satisfaction compassionnelle. À notre connaissance, aucun de ces travaux n’a toutefois jusqu’ici impliqué des pharmaciens d’officine. Tout autant que les autres soignants, ces professionnels sont pourtant à risque de souffrir de façon vicariante de l’expérience répétée à la détresse et à la mort d’individus, d’autant plus que les pharmaciens sont rares à avoir reçu une formation spécifique en soins palliatifs. Ce travail de thèse cherchera à combler ce vide scientifique en étudiant le rôle des pharmaciens d’officine dans les soins palliatifs à domicile, en analysant l’impact psychologique de cette expérience sur les professionnels, et en recherchant les facteurs d’ajustement psychologique mis en œuvre par ces individus tout au long de leur expérience professionnelle.

Thèmes
Disciplines
Mots-clés
  • Pharmaciens d'officines
  • Soins palliatifs
  • Domicile
  • Bien-être professionnel
  • Statisfaction compassionnelle
  • Sens du travail
Date de début
2021
Statut
en cours de réalisation
Établissement porteur du projet
  • Université Clermont Auvergne
Responsable(s) du projet
VAN LANDER Axelle
DAMBRUN Michael
Contact
Isabelle CUCHET
isabelle.cuchet@etu.uca.fr